« Il fait froid ici

Dans ma maison j’avais un oiseau

Papa a dit qu’on ne pouvait pas l’emporter avec nous

Papa a ouvert la cage

L’oiseau n’a pas voulu s’envoler

Alors papa a pris mon oiseau dans le creux de sa main

Il l’a lancé

Mais mon oiseau ne voulait toujours pas s’envoler Il a fait une pirouette

Il s’est posé sur la branche d’un arbre

Enneigé

Immobile

Il est resté comme ça

Et il avait froid

Comme moi »

Après la neige

Auditorium de la Louvière • Épinal

Jeudi 11  Février 2021 à 14h30 et 20h30 - Durée 1h

• Texte et mise en scène : Aurélie Namur - Cie Les Nuits claires

• Assistanat mise en scène : Anna Zamore

 

• Avec : Julie Méjean et Aurélie Namur (en alternance), Brice Carayol, Brunelle Damond, Chloé Marty-Ané et Lyra Hugand (en alternance) • Scénographie : Claire Farah

A voir en famille à partir de 13 ans


Alice est une petite fille de sept ans qui vit provisoirement avec ses parents dans un préfabriqué à l’orée d’une forêt. Comme leurs voisins, ils ont été évacués de chez eux après un accident nucléaire. Alice ne peut ni aller et venir, ni jouer à sa guise, elle s’ennuie, et, face à l’angoisse sourde de ses parents, elle obéit peu à peu à toutes les règles de sa nouvelle vie. Mais un jour, alors qu’elle n’a le droit de sortir qu’une heure, elle aperçoit près de la rivière une biche étonnamment peu farouche, faible, engourdie, à la fois émouvante et inquiétante, qui finit par s’enfuir. Déjouant la surveillance parentale, la fillette se lance à la poursuite de l’animal, ce qui va la conduire sur des terres de plus en plus éloignées de sa maison, de plus en plus dangereuses.

 

Cette pièce, empreinte de poésie, d’une grande sensibilité, évoque le bestiaire des contes de notre enfance. C’est une fable mais c’est aussi la chronique à la fois réaliste et onirique d’un monde où le quotidien est fait d’interdits et de suspicions, où les gestes simples de tous les jours –se nourrir, boire de l’eau, jardiner, jouer…- sont devenus compliqués, artificiels, dans cet espace clos qui transforme peu à peu, à leur insu, les membres de cette famille. C’est l’histoire d’un Eden perdu peut-être à jamais.

 

Les saisons défilent sous nos yeux, marquées par des détails de mise en scène : le thé fumant pour suggérer le froid hivernal, le port du maillot de bain pour évoquer l’été, et puis il y a la neige qui tombe au dehors… mais est-ce bien la neige de nos hivers d’enfance ?

« Un spectacle qui s’adresse aussi bien à l’enfant qui est en nous qu’à l’adulte responsable de l’avenir du genre humain » (Le Monde.fr)
 

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now