Imposture_©David_Gagnebin-de_Bons_14887_

Pour l’instant, tout va bien, nous sommes
entre humains délicieusement fragiles et
imparfaits. On peut donc se précipiter chez
Joël Maillard, ses poudres de perlimpinpin et ses
boules de cristal. Il nous prédit l’avenir. Il est radieux.

(Thierry Sartoretti)

Imposture posthume

Auditorium de la Louvière • Épinal
Jeudi 14 Mai 2020 à 20h30 - à partir de 14 ans - Durée 1h30

 

• Écriture, mise en scène, jeu : Joël Maillard
• Coopération artistique, jeu : Nicole Genovese
• Scénographie : Christian Bovey • Compagnie : Snaut- Lausanne

Déjà présent avec succès au festival des Imaginales 2018, dans Quitter la terre, Joël Maillard récidive avec Imposture posthume, -une réflexion pour le moins courageuse sur l’homme augmenté et sa relation à l’intelligence artificielle-

Et cette fois tout va bien pour lui. Il est mort….. et pourtant il nous parle… Dans Imposture posthume, un historien de l’an 10000 et des
poussières nous communique par télépathie son incroyable découverte archéologique : des traces d’avant le grand effondrement du XXIème siècle.
Ce trésor, venu d’un passé incompréhensible, comprend un corps en bon état et un rarissime témoignage écrit (oui écrit à la main !) sur un support en plastique particulièrement résistant. Ce témoignage, c’est bien sûr celui de Joël qui nous parle de son « présent-futur ».
Tel un conférencier ou un savant pas si fou et très caustique, Joël Maillard nous raconte ses problèmes d’habitant de 2090. Comment cohabiter dignement avec les intelligences artificielles alors qu’elles dominent les humains en tout ? Cela vous paraît un peu « intello » comme réflexion ?
Pas si vous écoutez les exemples très concrets avancés par notre comédien arpenteur d’un passé futur. Pour rester concis, n’en prenons qu’un, l’anecdote de Gui Vallancien citée par Joël : « Quand je surprendrai trois robots humanoïdes buvant des bières au comptoir d’un bar entrain de pouffer de rire à l’énoncé d’une bonne blague lancée par l’un d’eux, il ne me restera plus qu’à disparaître. »
Imposture posthume fascine avec ses effets spéciaux hallucinatoires,
ses appareils bizarres, ses phénomènes inexpliqués, ses apparitions
électromagnétiques et une musique sortie du laboratoire de Louis Jucker, expérimentateur de l’hyper-espace sonore.
Le théâtre, c’est généralement de la fiction. Le théâtre de Joël Maillard se projette plus loin : c’est de la science-fiction.

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now